dimanche 7 avril 2013

Petit-Quevilly -Parents d'élèves au conseil municipal




Les parents d'élèves s'invitent au conseil.

Le sujet n'était pas à l'ordre du jour de ce conseil municipal qui s'est tenu fin de semaine dernière. Mais des représentants de parents d'élèves des écoles Wallon, Jeanne d'Arc et Pasteur pensaient pouvoir y aborder le sujet en demandant au maire, Frédéric Sanchez, la possibilité de lire un communiqué. Réponse négative de la part du premier édile qui, conformément à la loi, leur a rappelé "que le conseil municipal n'était pas un lieu d'expression publique mais l'entérinement des décisions travaillées et prises en commissions".  Néanmoins, Arnaud Blondeleau, président de la FCPE de l'école Pasteur a tenu à nous communiquer la teneur de la demande du petit groupe. "Le maire a organisé une réunion d'information le 31 janvier dernier. Nous avons alors constaté que les inquiétudes des parents nécessitaient plus qu'une réunion de présentation et d'échanges. Nous pensons que cette réforme est justifiée, nous souhaiterions pourtant que l'application des nouveaux rythmes scolaires ne s'effectuent qu'en 2014, considérant que le temps de la réflexion et du débat collectif n'a pas été suffisant et qu'il y a un manque de visibilité sur l'organisation des temps extrascolaires (...)". Revenant sur le sujet au cours de la séance, Pascal Rigault du groupe 100% Quevillais a fait écho à cette demande des parents d'élèves en soutenant leur point de vue. Frédéric Sanchez s'est contenté de rappeler que d'un point de vue budgétaire "il était indispensable d'appliquer cette réforme en 2013 car, a t-il dit, les recettes engendrées par ce changement atteindraient 202.000 euros alors que les dépenses se chiffrent à 150.000 euros et que ces dernières existent déjà !". Le groupe communiste a pour sa part "pris bonne note que la mairie veut appliquer la réforme en 2013 et que, même si nous jugeons une réforme inéluctable, nous ne pensons pas que ce soit le soucis majeur des parents d'élèves ou des professeurs en ce qui concerne l'avenir des enfants". Ce sujet refermé, les élus ont étudié le divers aspects du budget primitif et ont notamment voté les taux d'imposition communaux. Ceux-ci, inchangés depuis 2003 s'établissent à 18,42% pour la taxe d'habitation, 35,63% sur le foncier bâti et 68,56% sur le foncier non bâti.

Aucun commentaire:

GRAND-QUEVILLY. L'adage qui prétend que mariage pluvieux sera heureux semble valoir aussi pour les rencontres.

Le coup du parapluie. Samedi après-midi, le conseiller municipal Jean-Louis Tailleux a ensoleillé la journée des proches de Geor...