mardi 11 novembre 2014

Rouen. Le goût de la foire Saint-Romain.



Les croustillons, rois de la fête.


A tout seigneur tout honneur, le croustillon est l’emblème même du petit plaisir que s’offrent, au détour d’une attraction, les visiteurs de la Saint-Romain. Croustillon, Pets de nonne, Smoutebollen, Caricole ou encore Lacquemant, cette douceur connue sous diverses appellations selon les traditions locales, désigne en fait un même produit, une pâtisserie constituée de petites bouchées de pâte à beignets cuites dans une friture et généralement saupoudrées de sucre. Classique des kermesses et des foires, son origine remonterait aux années 1850 où l’on retrouve des traces d’une recette de beignets à la vanille lors de la traditionnelle foire de Liège en Belgique. Sa formule n’a pas ou peu évolué depuis cette époque, les professionnels cherchant seulement à y apporter leur touche personnelle afin de se différencier des concurrents. Armelle Paris, aux commandes de sa boutique « Royal croustillons », située au bas de la rampe de la rue Jeanne d’Arc sur la foire Saint-Romain est de ceux-là. « Il faut une bonne farine, j’utilise celle des Moulins de l’Andelle, de bons œufs très frais, du vrai lait, quelques petits secrets pour l’arôme et, du savoir-faire… ». Fille de loteur (tenancier d’une loterie), Armelle a opté pour la pâtisserie il y a plus de 25 ans. « Mon premier public a été normand car, quand on lui plaît, on est assuré de plaire à tout le monde ! ». De fait, tous les ans, clients fidèles et curieux se pressent devant son étal pour ravir leurs papilles à pas cher. Et ce ne sont pas Jason et Cédric qui diront le contraire. Ces deux électriciens en pause déjeuné n’ont pas hésité à traverser la Seine pour venir s’offrir leurs treize bouchées sucrées. « Pour quelques euros on s’offre un vrai moment de plaisir » avouent-ils l’œil gourmand, « c’est notre instant sucré avant de reprendre le boulot. C’est bon pour le moral ». Alex, le neveu de la patronne, termine la cuisson des croustillons et, de fait, rien qu’en les regardant, déjà leur arôme incite à les croquer…

Aucun commentaire:

GRAND-QUEVILLY. L'adage qui prétend que mariage pluvieux sera heureux semble valoir aussi pour les rencontres.

Le coup du parapluie. Samedi après-midi, le conseiller municipal Jean-Louis Tailleux a ensoleillé la journée des proches de Geor...