mardi 2 décembre 2014

Petit-Quevilly. Journée des filles au lycée Colbert.



Des filles chez les garçons.



Etre une fille dans un établissement scolaire où sont enseignés des métiers qui, à priori, sont plus destinés à la gent masculine, n’est pas toujours aussi évident que l’on pourrait penser même si, dans l’air du temps, l’égalité homme/femme occupe et anime bien souvent le devant de certains débats. Au lycée des métiers Jean-Baptiste Colbert, l’équipe pédagogique, bien consciente des problématique qui peuvent être engendrées avec un rapport de 20 filles au milieu de 300 garçons, se garde bien de polémiquer de quelque façon que ce soit et préfère s’occuper du bien-être de tous. C’est pourquoi depuis plusieurs années, les professionnels de l’enseignement ont-ils instauré une journée de rencontre des filles, destinée à accueillir les jeunes élèves et, ainsi que le décrivent Peggy Buteux, professeure documentaliste, référente culture, Malika Oubella, professeure de lettres/histoire et référence égalité/genre ainsi que Guillaume Jue, infirmier scolaire, « à leur permettre de trouver les clefs pour s’intégrer, tout en repérant les différents acteurs qu’elles côtoieront au cours de leur année scolaire ». Et cette façon de procéder reçoit un accueil très favorable de la part de celles qui ont choisi de se confronter à un avenir dans la chaudronnerie, la plasturgie, la fonderie ou encore la menuiserie ou la maintenance des équipements. «C’est une parenthèse dans notre cohabitation avec les garçons » reconnait ainsi Leila, «même si tout se passe pour le mieux, c’est bien sympa de se retrouver entre filles pour aborder des sujets de filles ». Et il en fut question au cours de cette journée dédiée. Après un petit déjeuner pris en commun, les jeunes filles ont pu échanger sur divers sujets comme la contraception, la représentation ou la place des femmes dans la société. Projection de films et débats ont complété ce moment qui, de l’avis de Paola, Sandy, Manon ou Amandine, « devrait se renouveler plus souvent ». Pour Ahmed Fenni, le proviseur adjoint du lycée « ce dispositif permet de créer du lien et de la cohésion entre filles. Elles sont ainsi mieux armées pour vivre cette scolarité un peu particulière ».

Aucun commentaire:

GRAND-QUEVILLY. Des vagues de couleurs et de senteurs réunies dans le merveilleux Parc de La Roseraie.

Au nom de la rose. Sur une surface de six hectares, à deux pas de l'Hôtel de Ville, il est un écrin de verdure qui fait l'...