lundi 5 janvier 2015

Rouen - La peut-être future Nouvelle Star.



Dimanche soir, aux abords de la Place du Vieux Marché, la foule se pressait. Non pas pour rejoindre le «Jaracanda», coffee-shop de Liverpool dans lequel a débuté le mythique groupe des Beattles. Mais il y avait un peu de cela au « Rêve de l’Escalier » où Mickaël Féron dit « Monsieur Rêve », accueillait Nelson Vard et son groupe Susan qui, en ce moment, crève l’écran sur la chaîne télé D8 et son émission « Nouvelle Star ». Alors que le concert était programmé à 19 h 30, la petite librairie de la rue Cauchoise était déjà pleine une heure auparavant. «Les réseaux sociaux, le bouche à oreille… la nouvelle s’est vite répandue» reconnaissait Monsieur Rêve. Parmi les courageux bravant le froid, des curieux comme Charlène et Salomé. «On a découvert Nelson à la télé on ne le connaissait pas. Ce qu’il fait est beau, on va maintenant le suivre de plus près !». Des proches également. Florence et Rachid arrivent directement de Lyon. «Nelson est un musicien et un chanteur prometteur. Il est humble et ne tire pas de projets sur la comète. Il chante pour le plaisir. Mais c’est sûr qu’avec la médiatisation due à Nouvelle Star, il peut prendre une autre dimension ». Monsieur Rêve ne peut plus accéder à sa boutique… Cent cinquante personnes l’ont maintenant investie et il se retrouve sur le trottoir à accueillir encore ceux qui veulent en être. Cathy, la maman de Nelson tente de se faufiler entre deux spectateurs. « Il est beau mon fils… ». Et puis, enfin, le voilà. Celui que Elodie Fréjé, membre du jury de l’émission de D8 avait gentiment appelé « la grande asperge habitée d’un démon farceur » s’installe avec les membres de son groupe et la magie opère. Le rouennais enchaîne dès lors avec « Creep » de Radio Head bien sûr, « Fuzzy » de Grant Lee Buffalo mais pas que ! Pop Rock, Rockabilly pour les genres, Nirvanna, Les Beattles ou Pink Floyd pour les interprètes, tout y passe. La sono est bonne, l’acoustique excellente, les spectateurs, serrés, se tiennent chaud… Un pur moment de bonheur vient de commencer.

Aucun commentaire:

GRAND-QUEVILLY. L'adage qui prétend que mariage pluvieux sera heureux semble valoir aussi pour les rencontres.

Le coup du parapluie. Samedi après-midi, le conseiller municipal Jean-Louis Tailleux a ensoleillé la journée des proches de Geor...