mercredi 18 mars 2015

Petit-Quevilly - Rencontre entre deux mondes.



On connaissait, dans des domaines différents  «The Voice», «Nouvelle Star» ou autres «Masterchef», le point commun de ces mécaniques étant de dénicher des perles rares évoluant dans leur domaine. Depuis 2013 il existe, dans la vie bien réelle cette fois,  «l’Orange Fab France» qui, avec deux saisons par an, cherche à faire participer certaines start-up susceptibles de les aider à proposer de nouveaux services à leurs clients à travers le monde. Une présentation  de la troisième saison de ce dispositif a eu lieu lundi dans les locaux de Seine Innopolis avec le soutien de la Cantine Numérique, de Rouen Normandy Invest et Normandie Web Xperts. Dans le rôle de Nikos Alliagas, Pascal Latouche, directeur d’Orange Fab a décortiqué et expliqué, assisté de Marielle Charpin, chef de projet chez Orange, les tenants et aboutissants  d’une telle méthode de travail, devant les représentants d’une dizaine de start-up normandes du monde numérique. Et le concept s’en est trouvé éclairé très simplement. «Des grands groupes comme Orange ont deux choix pour conserver et gagner des parts de marchés» a ainsi exposé Pascal Latouche. Le premier est de sortir le carnet de chèque et racheter à tout va de jeunes pousses proposant des solutions innovantes que nous pourrions inclure dans notre catalogue. Cela coûte cher, est long et ne va concerner qu’un produit. Chez Orange, nous avons opté pour le soutien de projets liés à l’écosystème numérique. Cela peut aller du digital aux objets Connectés, du cloud gaming au paiement par mobile et aux  transferts d’argent, en passant par l’optimisation de la consommation de données, la communication ou les services à la personne». Ainsi, grâce à ce « concours » composé de 2 saisons par an, les structures retenues s’engagent-elles dans un processus de partenariat. La réflexion dure 3 mois et est censée permettre à deux mondes différents, celui d’un grand groupe et celui des start-up, de se rencontrer, de définir les besoins et les aspirations de chacun. «Il faut avoir à l’esprit que Orange n’est pas là pour faire dans l’altruisme» précise Pascal Latouche, cette recherche de nouveaux concepts correspond à un réel besoin de notre compagnie. Lorsque nous progressons avec une start-up nous nous adressons à des personnes physiques, non à des statuts. Il est de l’intérêt des deux parties de s’entendre sur une multitude de points en un minimum de temps. C’est cette convergence qui débouchera, ou non sur un partenariat commercial ». Après avoir été sélectionnées, les start-up pourront bénéficier des services de l’Orange Fab. Accéder à des évènements sponsorisés par Orange Fab France, profiter de réseau national et international, parvenir à des solutions de financement … Véritable accélérateur de croissance et de développement, Orange Fab permettra ainsi à de petites structures d’éviter de se débattre dans l’univers impitoyable et semé d’embûche de l’économie réelle, chronophage et énergivore. Le dépôt des candidatures pour participer à cette Saison 3 doit se faire avant le 8 Mars 2015. Les résultats seront promulgués 2ème quinzaine de mars pour un lancement le 7 avril 2015. http://www.orangefabfrance.fr/.

Aucun commentaire:

GRAND-QUEVILLY. Des vagues de couleurs et de senteurs réunies dans le merveilleux Parc de La Roseraie.

Au nom de la rose. Sur une surface de six hectares, à deux pas de l'Hôtel de Ville, il est un écrin de verdure qui fait l'...