mardi 14 avril 2015

Petit-Quevilly - Victime de son succès ?



Depuis septembre 2011, le centre hospitalo-universitaire de soins dentaires installé  dans l'enceinte de l'hôpital Saint-Julien du Petit-Quevilly, a connu une fréquentation en hausse constante et ne désemplit désormais plus. En théorie, tous les patients peuvent être accueillis mais il existe une priorité qui est donnée aux patients ayant des problèmes médicaux,  justifiant de ce fait une prise en charge odontologique hospitalière, aux résidents d'établissements d'accueil de personnes âgées dépendantes, aux bénéficiaires de la couverture maladie universelle (CMU), aux personnes handicapées et aux patients hospitalisés dans les centres hospitaliers de l'agglomération rouennaise Les consultants peuvent venir sur rendez-vous, exception faite des situations d'urgences, et doivent pouvoir présenter une lettre de leur médecin traitant ou d'un chirurgien-dentiste traitant. Le docteur Hervé Moizan, responsable médical du centre, reconnait disposer d'un outil performant. "Sur 700 m2 nous disposons de 10 fauteuils ambidextres, chacun équipé de radiographie intra-orale numérique, d’un panoramique numérique dentaire, de matériel d’odontologie conservatrice, d’endodontie, ou encore de chirurgie implantaire. Nous répondons aux besoins de la population tout en assurant la formation pratique d'étudiants en chirurgie dentaire de 5e et 6e année. De plus, des chirurgiens-dentistes libéraux viennent régulièrement assurer des vacations hebdomadaires et participent à l'encadrement de ces mêmes étudiants. Par ce dispositif, le centre dentaire facilite l’accès aux soins des personnes les plus démunies, des personnes âgées et des personnes handicapées". Après 3 mois de fonctionnement à la suite de sa mise en service, le centre avait déjà assuré 1700 consultations dont 350 patients vus en urgence. Le bilan de l'année 2014 semble exploser tous les records. "Les chiffres relevés font état de la visite de 13000 patients dont 300 en situation d'urgence par mois!" égrène le docteur Moizan. En effet, au public déjà identifié est venu s'ajouter des patients nécessitant des prises en charge particulières. "Nous sommes un service agrée pour les anesthésies générales" renchérit Hervé Moizan en exposant le planning noirci des opérations prévues pour le mois. Nous avons également à faire à des personnes présentant des pathologies spécifiques comme l'autisme… Une consultation de ce type ne requiert pas les mêmes attentions que pour un patient dit classique. Tout cela est chronophage et demande une organisation rigoureuse et un dévouement de tous les instants d'autant que les journées et les horaires ne sont pas extensibles…". Les deux personnels hospitaliers à temps plein ne suffisent plus et un troisième poste vient d'être ouvert. Néanmoins, et ce sera une autre bataille, il faudra trouver celui ou celle qui acceptera de se dévouer pour une activité qui, dans le privé, garantirait des revenus plus conséquents et un confort de travail plus adapté.




Aucun commentaire:

GRAND-QUEVILLY. L'adage qui prétend que mariage pluvieux sera heureux semble valoir aussi pour les rencontres.

Le coup du parapluie. Samedi après-midi, le conseiller municipal Jean-Louis Tailleux a ensoleillé la journée des proches de Geor...