lundi 25 mai 2015

Petit-Quevilly - Schneider Electric va délocaliser la production de ses transformateurs et fermer son site sur la commune. Les 89 postes de l'usine vont être supprimés.



Des Quevillais désabusés.

L'information a été confirmée mercredi. La direction a annoncé l'ouverture d'une procédure d'information sur un projet de réorganisation industrielle dans ses transformateurs standard de moyenne tension. 170 postes menacés en France dont 89 dans l'usine mythique de Petit-Quevilly. Que ce soit en centre-ville ou dans le secteur de Petit-Quevilly village, beaucoup de conversations tournaient, hier matin, autour de ce sujet, alternant entre dégoût, stupeur et souvenirs. "Rendez-vous compte" se souvient Henri, 72 ans, au comptoir du café où il a ses habitudes, "le Transformateur est présent dans la ville depuis plus de 90 ans… L'usine a changé de propriétaire plusieurs fois mais elle est toujours restée "le transformateur"… Dans le temps, c'était un signe de réussite que d'y être salarié. L'endroit servait même de repère pour indiquer un chemin : vous traversez la voie de chemin de fer, juste à côté du transformateur disait-on!". Pour les plus jeunes, c'est l'indignation qui prédomine. Jérôme, une quarantaine d'années ne décolère pas. "Heureusement qu'il y a le journal pour en parler, et encore… L'information est aujourd'hui diluée par d'autres annonces tout aussi catastrophiques. Aréva et ses milliers de licenciements… même dans cette situation le "transfo" est pris de vitesse…". Ludovic, lui, voit plus loin. "Ça va fermer mais on s'en doutait. Les copains en parlaient de plus en plus. Mais que va devenir le site? La pollution qui avait été détectée en 1984, on en est où ? On parlait de PCB à l'époque. Qu'en sera-t-il des frais de remise en état ? Le contribuable ? Marylène, venue chercher son tabac, tient elle aussi à faire part de son dégoût. "Et nos élus, nos politiques… qu'est-ce qu'ils font ? Ah oui, ils écrivent, ils alertent, ils suivent le dossier de près, n'empêche ! Ce sont encore une centaine de gars qui vont aller pointer et autant de familles qui vont vivre l'angoisse du chômage. Pétroplus, Chapelle Darblay, Vallourec et demain Boréalis n'en doutons pas … Des milliers d'emplois disparaissent avec notre industrie régionale et on se contente de compter les points… Je suis dégoûtée!". En avril 2012, lors de son rachat par Schneider Électric, l'usine appartenant alors à Alstom, comptait 311 salariés. A cette époque, le groupe avait assuré que les activités seraient maintenues, ainsi que les emplois. En septembre 2013, pourtant, un plan social entraînait le départ contraint et forcé de 231 salariés !



Aucun commentaire:

GRAND-QUEVILLY. L'adage qui prétend que mariage pluvieux sera heureux semble valoir aussi pour les rencontres.

Le coup du parapluie. Samedi après-midi, le conseiller municipal Jean-Louis Tailleux a ensoleillé la journée des proches de Geor...