lundi 25 mai 2015

Rouen - Cérémonies du 8 mai. A l'instar de Churchill ou de Roosevelt, Pierre André fait dorénavant partie des héros honorés de la récompense suprême.



Du jaune et vert à la boutonnière.

Cours Carnot 8 mai 2015, 11 heures, "ouvrez le ban" ! Aux côtés des troupes représentant différentes armes, une vingtaine d'hommes, militaires et civils, sont plus émus que les autres. Certains vont en effet se voir remettre la légion d'honneur, la médaille de l'ordre national du mérite, la médaille du courage et du dévouement, la médaille de la sécurité intérieure ou encore la médaille de bronze de la défense nationale dans le cas du chien Berger allemand "Bong". Pourtant, s'il est une personne qui aurait pu être honoré depuis longtemps, c'est Pierre André. Né en 1936 au Havre, ce retraité de la grande distribution et de l'industrie pharmaceutique n'avait, jusqu'à ce jour, pu se résoudre à postuler pour l'obtention de la médaille militaire. "Je n'étais pas prêt" concède-t-il. Ses états de service auraient justifié une telle décoration. "J'ai été appelé pour le service militaire en 1956, jusqu'en novembre 58, la belle époque…" se souvient-il. "Evidemment, direction l'Algérie. Sous-officier dans le renseignement. Pour le maintien de l'ordre! 30.000 morts… Ces opérations de police m'ont marqué. Des souvenirs j'en ai. Pas que des bons. Le plus marquant aura sans doute été celui d'un camarade à qui j'avais obtenu une permission exceptionnelle pour revenir chez les siens. Il est tombé à mes côtés, le précieux papier dans la poche…". Pierre André, gaulliste de la première heure, ne se pose pas pour autant en victime. "Je suis reparti sur le terrain après ma démobilisation. J'en avais besoin. Pour le compte du CAS (Centre administratif saharien). Toujours dans le renseignement et pour entreprendre la création des municipalités". En 1961, l'octogénaire quitte l'Algérie. Il n'y remettra plus les pieds. "J'ai déroulé ma carrière civile, eu deux enfants et deux petits-enfants. Mais rien ne m'incitait à replonger dans cette partie de ma vie. Et puis, récemment, ce sont mes petits-enfants qui, à vingt ans sont très attachés au devoir de mémoire, m'ont convaincu de faire une demande auprès de la chancellerie. C'est pour eux que je l'ai fait car je ne me sens pas plus apaisé qu'il y a cinquante ans! L'état de la France actuellement ? Je crois qu'elle a perdu de sa grandeur, qu'elle n'est plus respectée comme elle devrait l'être. Ces cérémonies commémoratives peuvent redonner du baume au cœur".  En cette année des 70 ans de la fin de la seconde guerre mondiale, Pierre André a été décoré hier matin de la plus haute distinction militaire destinée aux sous-officiers et aux soldats et qui a, à ce jour, été décernée à 1.300.000 personnes méritantes. Souvent appelée "la légion d'honneur du sous-officier", la médaille militaire, instituée en 1852 par Napoléon III,  comporte une rente annuelle insaisissable d'un montant de 4,57 euros ! Cours Carnot 8 mai 2015, midi, "fermez le ban".


Aucun commentaire:

ROUEN. Le nouveau général de la sous-direction du recrutement de l'Armée de Terre en visite au CIRFA de Rouen.

Recrutement 2.0. Le Centre d’information et de recrutement des forces armées (CIRFA) regroupant la Marine nationale, l'armée...