lundi 25 mai 2015

Rouen - Pour sa deuxième participation à la nuit européenne des cathédrales, Notre-Dame a veillé tard.



L'âme des vieilles pierres.


Pour sa deuxième participation à la nuit européenne des cathédrales, Notre-Dame a réservé un programme varié à ceux qui désiraient en savoir un peu plus sur cet emblème de la ville. Accueillis au son des bourdons, Rouennais, touristes, habitués et curieux, ont pu s'immerger dans des œuvres de Vivaldi et Haendel au cours d'un concert du Grand Orgue accompagné des trompettes. De temps musicaux avec les chœurs de Sainte Evode, en découvertes plastiques, avec le vernissage de "Golgotha, ici et maintenant" de Florin Nagy, les plus avisés auront pu écouter Brigitte et Marie-Noëlle, deux guides bénévoles, conter l'histoire de la crypte, de la chapelle de la Vierge et du baptistère. Ambiance "Game of Thrones" pour ceux qui se sont aventurés dans le soubassement. "Une crypte avait toujours une double fonction" commence Brigitte, "celles d'abriter des reliques mais aussi des morts! Des recherches permis de retrouver 180 femmes et hommes et, derrière une grille, repose le cœur du roi de France Charles V". Ce genre d'endroit recèle toujours des mystères. Il en est ainsi pour la salle au plafond très bas se situant en dessous de la chapelle absidiale. "Sa fonction reste inconnue"  reconnait Brigitte. "On a pensé pendant un temps qu'elle servait à abriter le trésor de la cathédrale. Elle est maintenant remplie de sculptures et de colonnes…". Parmi les visiteurs, Calvin et sa fiancée ne sont pas dépaysés. "Nous venons de Bowes en Angleterre. Nous nous sommes arrêtés à Rouen sur les conseils d'un ami. Les vieilles pierres chez nous on connaît! Les fantômes aussi. Et dans cette crypte, il y a une ambiance particulière…". Suffisant pour effrayer les autres pèlerins ? Ils étaient encore pléthore pour admirer la chapelle de la Vierge qui abrite quelques tombeaux illustres dont les gisants de Richard Coeur de Lion et de Rollon, premier duc de Normandie. Même enthousiasme devant le mausolée Renaissance des cardinaux d'Amboise et les vitraux des XIIIème et XVème siècles ainsi qu'à la découverte de la cuve de baptistère du Xe siècle dans le salle basse de la tour Saint-Romain sculptée par Ferdinand Marrou. 

Aucun commentaire:

GRAND-QUEVILLY. Des vagues de couleurs et de senteurs réunies dans le merveilleux Parc de La Roseraie.

Au nom de la rose. Sur une surface de six hectares, à deux pas de l'Hôtel de Ville, il est un écrin de verdure qui fait l'...