lundi 15 juin 2015

Rouen - La fête du vélo sur les quais, une occasion d'échanger sur la place dans l'agglo de ce déplacement doux.



Ce week-end sur les quais rive droite se tenait l'édition locale de la fête du vélo. Si samedi matin était consacré à la grande bourse aux vélos organisée par l'association Sabine, l'après-midi a vu le départ de plusieurs balades pour des circuits allant de 10 à 40 kilomètres dans et autour de Rouen auxquelles de nombreux adeptes de la petite reine avaient décidé de participer. Pour autant, certains cyclistes ont préféré venir sur le stand de l'association Guidoline pour assister à des démonstrations de sensibilisation sur la fiabilité des antivols et s'informer sur les moyens de protéger son vélo du vol. D'autres, tout simplement, étaient venus pour rencontrer d'autres passionnés. Inévitablement, les conversations se sont orientées sur le diagnostic des infrastructures à leur disposition dans l'agglomération. "C'est sûr que si on regarde dix ans derrière, il n'y a pas photo!" constatait Francine sur son VTT, "nous avons aujourd'hui plus de pistes cyclables que nous n'en avons jamais eu. Seulement, car il y a un mais, leur lisibilité n'est pas toujours évidente". Son mari, Jean-Pierre, approuve ce constat. "Il y a des communes où ces soi-disant pistes ne sont que l'expression d'une promesse électorale. Elles se résument à une bande blanche délimitant une zone de quelques centimètres où les vélos sont censés circuler. En termes de sécurité on a vu mieux!". Pareil pour Louis Duboc, 47 ans, qui opèrent tous ses déplacements rouennais à vélo. "Dans Rouen intra-muros, j'utilise surtout les trottoirs et les rues piétonnes. Rouler sur la chaussée relève d'un désir suicidaire, surtout aux intersections. Je roule aussi sur le parcours TEOR quoi qu'on en pense. De toutes façons on y est obligés car il n'y a pas d'autres alternatives sur ce parcours…".  Ce à quoi Marc, venu avec sa compagne Aurélie et leurs deux fils a voulu ajouter : "Et encore, à Rouen vous avez un semblant de plan vélo. Nous habitons Sotteville-lès-Rouen et je peux vous assurer que là-bas, rien n'incite à prendre sa bicyclette croyez-moi. Entre les vieilles pistes défoncées par les racines d'arbres ou les endroits pas équipés, ont doit être les moins bien servis de l'agglo…". Francine pourtant, relativise. "Ça avance doucement. On n'en est pas encore comme aux Pays-Bas mais, avec de la volonté, la place du vélo devrait augmenter dans les années qui viennent".





Aucun commentaire:

GRAND-QUEVILLY. Des vagues de couleurs et de senteurs réunies dans le merveilleux Parc de La Roseraie.

Au nom de la rose. Sur une surface de six hectares, à deux pas de l'Hôtel de Ville, il est un écrin de verdure qui fait l'...