lundi 15 juin 2015

Rouen - Le futur commence maintenant.



Organisé à l’initiative de la Métropole Rouen Normandie et de l’agence de l’innovation SEINARI, le Carrefour des Possibles a pour vocation d’encourager les nouveaux usages numériques, la création et l’innovation, de faciliter les connexions, de détecter et de  mettre en lumière des usages innovants des technologies de l’information et de la communication (TIC). La 4e édition de cette manifestation a une nouvelle fois permis de mettre en lumière de jeunes start-up qui, partant d'une idée originale, sont parvenu à développer des concepts amenés à faire partie du quotidien. Cette année, pas moins de 26 dossiers ont été déposés. 19 ont été auditionnés parmi lesquels 10 ont été retenus pour venir être présentés par leurs créateurs durant le show qui vient de se dérouler à Seine Innopolis au Petit-Quevilly. Ainsi, le projet Boostmybook, dans le secteur de l'édition a-t-il été qualifié coup de cœur de la sélection. Cette plate-forme d'édition participative permet aux lecteurs de devenir acteurs de la démarche d'édition. "Les lecteurs financent librement leurs ouvrages préférés" a expliqué l'un des créateurs Frédéric Wittner, "ce modèle limite le gaspillage sur les tirages et rapproche auteurs et lecteurs, ces derniers pouvant avoir accès à des choix de papiers, de format voire, de déroulé de l'histoire". Souffiane Chouaïb, de Grand-Quevilly, a quant à lui, décidé de faciliter l'organisation des journées des élus en élaborant Calend'Easy, une solution de gestion d'agenda. "Aujourd'hui, les secrétaires d'élus sont submergées par des tâches rébarbatives en essayant de coordonner toutes les sollicitations auxquelles leur patron est confronté. Cette application permet aux uns et aux autres d'avoir un planning à jour en un seul clic, sur PC, tablette ou smartphone". La plus spectaculaire des innovations aura sans doute été celle d'Erwan Deguilhen et Vincent Hibon de Petit-Couronne quand, en approchant leur smartphone de la carte bancaire de Stéphane, le présentateur de la soirée, ils lui ont subtilisé toutes ses informations confidentielles, démontrant la fiabilité plus que moyenne des sécurités jusqu'alors proposées. "Digipay a pour but de simplifier, sécuriser et optimiser les paiements" a donc expliqué Vincent Hibon, "ce procédé de paiement digital, développé en collaboration avec les banques et services de paiement, s'appuie sur la reconnaissance de 17 points d'un doigt, plus que la police, et vérifie la présence de flux sanguin…". On est rassurés, pas de risque de se faire couper la main.




Aucun commentaire:

GRAND-QUEVILLY. Des vagues de couleurs et de senteurs réunies dans le merveilleux Parc de La Roseraie.

Au nom de la rose. Sur une surface de six hectares, à deux pas de l'Hôtel de Ville, il est un écrin de verdure qui fait l'...