lundi 31 août 2015

LE PETIT-QUEVILLY. Chaudronnier de métier et graveur sur verre pour son plaisir, Jacques Pamart continue d'explorer d'autres formes artistiques.



La passion au bout des doigts.

"Avant c'était un salon…" plaisante Marie, la gentille épouse de Jacques. "Maintenant c'est plus un atelier!". Pourtant, chaque chose est à sa place, bien rangée. La moindre place est utilisée. Un tour électrique, un étau, des boîtes de pièces et des plans … Car la nouvelle passion de celui qui œuvra dans la chaudronnerie, soudure, tuyauterie durant toute sa carrière, nécessite de l'ordonnancement, de la précision. Arrivé  de son Nord natal, il y a une vingtaine, Jacques s'est fait un nom et une réputation dans la gravure. Son approche de cet art lui a fait rencontrer beaucoup de gens, beaucoup d'histoires…
" Lorsque quelqu'un me demande de graver le visage d'un proche, cela se fait souvent par le biais d'une photo. Mais presqu'à chaque fois, cette photo a une histoire. Avant de me lancer dans la gravure, j'aime à rencontrer les gens, leur parler, tenter de comprendre ce que représente cette figure, quelle vie gravite autour d'elle. En faisant connaissance avec le ressenti de ces personnes, je suis plus à même de restituer dans les traits de mes pointes, leur âme ou leur vie" disait-il lors d'une interview à l'époque. Aujourd'hui, Jacques s'est mis au défi de construire des maquettes. Mais pas n'importe comment! "Je me procure les plans de marine des navires que je veux construire. Je fabrique ensuite toutes les pièces selon ma méthode, avec mes matériaux propres. C'est un travail minutieux, délicat. J'improvise à chaque installation d'un élément. En fait, cela n'a plus rien à voir avec la construction traditionnelle de maquettes". Il s'est essayé sur un galion espagnol en s'appuyant sur une boîte vendue dans le commerce puis a réalisé "l'Hermione" selon le même procédé. Enfin, il s'est lancé dans le grand bain en entamant le chantier du "HMS Victory". "Là, c'est vraiment une construction personnelle de A à Z". Et ses œuvres sont déjà vendues!". Beaucoup de gens en effet connaissent la précision de Jacques et l'amour qu'il met dans ses réalisations. Ils lui ont fait confiance pour ses gravures sur verre, ils le plébiscitent pour ses maquettes. Et il n'y a pas que les humains qui apprécient le bonhomme. Ses deux grandes perruches, qu'il a élevées "à la main" doivent lui en être reconnaissantes. Car dans un vol bien assuré à travers le grand appartement, elles viennent soudain se poser sur son épaule. Peut-être pour lui signifier que l'interview est dorénavant terminée !





Aucun commentaire:

GRAND-QUEVILLY. Des vagues de couleurs et de senteurs réunies dans le merveilleux Parc de La Roseraie.

Au nom de la rose. Sur une surface de six hectares, à deux pas de l'Hôtel de Ville, il est un écrin de verdure qui fait l'...