mercredi 11 novembre 2015

LE PETIT-QUEVILLY. Rencontre avec le commissaire enquêteur chargé de l'enquête publique sur le projet de l'éco-quartier Flaubert.



Dans les coulisses du dossier.


Etape obligée de tout grand projet, l'enquête publique visant à acter la déclaration d'utilité publique (DUP) relative au futur éco quartier Flaubert a été lancée. A cet effet, le public est invité à prendre connaissance du projet dans les mairies de Rouen et du Petit-Quevilly où sont organisées des permanences au cours desquelles un commissaire enquêteur répond aux questions des habitants. Les citoyens ne se sont pas bousculés lors de la tenue de la première d'entre-elles au Petit-Quevilly alors qu'installé dans un petit bureau et devant les 1500 pages du dossier évoquant l'avenir de ce nouveau territoire, l'officiant se tenait prêt à tout dévoiler et expliquer. Tout, sauf son identité, son avis sur le sujet ou toute autre considération relevant d'un devoir de réserve qui, selon lui est "indispensable à la bonne tenue de l'enquête"! Car le personnage, nommé par le président du tribunal administratif, est indépendant et impartial. "Je participe à l'organisation de l'enquête et bénéficie de pouvoirs d'investigation. Je veille à la bonne information du public. Pendant toute la durée de celle-ci, je recueille les observations des citoyens, notamment en recevant le public lors des permanences". Voilà qui est précisé. Ajoutons qu'à  l'issue de la consultation, il rédige d'une part, un rapport relatant le déroulement de l'enquête, notant les observations du public et présente des conclusions dans lesquelles il donne son avis personnel et motivé. Son rapport et ses conclusions seront ensuite à la disposition du public pendant un an, en mairie et en préfecture. L'autorité compétente dont relève le projet décidera ensuite du devenir du projet et la décision sera susceptible de recours devant le Tribunal Administratif. Au cours de cette permanence, trois personnes s'enfermeront un long moment dans le petit bureau du commissaire-enquêteur. Jean-Paul, Joël et Jean-Claude habitent dans la rue Malétra et se demandent ce que l'appellation "Voie douce" qui devrait transformer leur paysage immédiat peut bien signifier. "Nous sommes venus demander des éclaircissements sur ce devenir au commissaire-enquêteur" reconnaissent-ils. "Même si les travaux ne sont pas encore commencés cela nous permettra de savoir à quelle sauce nous allons être mangés" sourient-ils. Pour ceux qui voudraient le savoir également ou s'informer sur d'autres points précis, il y a toujours la possibilité d'attendre la mise à disposition du rapport. L'autre option est de se rendre aux prochaines permanences : le mercredi 4 novembre de 14 h à 17 h en mairie de Petit-Quevilly ou  le samedi 28 novembre de 9 h à 11 h en mairie de Rouen.

Aucun commentaire:

GRAND-QUEVILLY. Des vagues de couleurs et de senteurs réunies dans le merveilleux Parc de La Roseraie.

Au nom de la rose. Sur une surface de six hectares, à deux pas de l'Hôtel de Ville, il est un écrin de verdure qui fait l'...