mardi 24 novembre 2015

ROUEN. Une plongée dans la jungle urbaine du street art appréciée par un public multi générationnel.



Amazonia dans la rue.



Tout au long de l’année, le Panorama XXL organise des événements en lien avec l'œuvre présentée. Pour Amazonia, la Métropole proposait, dimanche, de partir à la découverte de la culture urbaine éco responsable avec une manifestation baptisée "Jungle urbaine". Au programme, des performances pro, des ateliers graffiti, une initiation aux échasses urbaines, une expédition de photographies urbaines ainsi qu'une initiation au street-art (tape art, mapping, light painting…). "Tous ces ateliers sont victimes du succès de l'opération" devait confier Gaétan Perreau, médiateur culturel au Panorama XXL, les gens, petits et grands, font la queue pour prendre leur tour, notamment à celui de fabrication de pochoirs". En effet, nombreux étaient ceux qui voulaient, à partir d'une photo de leur visage, créer des pochoirs qu'ils pourraient ensuite peindre en graff sur la terrasse. "C'est une forme d'expression culturelle qui est encore peu connue sur Rouen" constatait Louise Peron du collectif "La Cachette". Les choses avancent lentement même si les collectivités tendent de plus en plus à mettre en avant des artistes locaux lors de diverses manifestations. Il manque encore des lieux où exercer un art qui n'est pas encore passé dans les mœurs des rouennais contrairement à d'autres villes". Sur la terrasse, Kejo, graffeur rouennais, occupé à réaliser une fresque graffiti éphémère sur le thème de la jungle, tient un peu le même discours. "C'est vrai que ça bouge. Doucement mais sûrement. La mairie, la métropole et d'autres institutions font de plus en plus appel à nous. C'est vrai que nous avons besoin de lieux d'expression mais aussi de rendez-vous comme un festival, des thèmes… Aujourd'hui, cette performance est axée sur le respect de l'environnement. Peinture à base d'eau et d'alcool, sans odeur et non toxique, utilisation du numérique donc sans effets néfastes, initiation aux échasses urbaines, un mode de déplacement ludique et écologique… A tout cela il faudrait peut-être associer de la pédagogie pour expliquer au public quels avantages tirer de cette forme d'art".

Aucun commentaire:

LE PETIT-QUEVILLY. Polyhandicapée de naissance, la petite Kimy grandit dans un logement non adapté malgré les appels de Laetitia sa maman.

Essentiel pour Kimy. Quand Laetitia regarde sa fille Kimy qui écoute de la musique, (du rock de préférence), ce que l'on peu...