mardi 22 décembre 2015

ROUEN. La communauté juive de Rouen a célébré Hanoucca sous protection militaire et policière.



La lumière gagnera.

Fête des Lumières ou fêtes des huiles, Hanoucca est un moment important pour les juifs. Elle fait référence à une résistance du peuple juif 200 ans avant Jésus-Christ face au roi Antochius. Cette fête dure huit jours pendant lesquels les croyants allument, chaque soir, une bougie de la Menorah, le grand chandelier à 7 branches. Depuis dix ans, la communauté juive de Rouen célèbre ce moment important en procédant à l'allumage d'une des bougies en public, sur le parvis du Théâtre des Arts. Ce fut encore le cas cette année, dans des conditions un peu particulières car encadré par des soldats en armes, des policiers en tenue et en civil. Parmi la centaine de fidèles ayant défié la crainte mais surtout le froid, un jeune couple, Laëtitia et Cédric sont venus spécialement de Bernay. "Dans notre campagne il n'existe pas de communauté juive. On vient à Rouen à l'occasion de toutes les fêtes" sourit la jeune femme frigorifiée. "Cette année, encore plus que d'habitude, nous avons tenu à être là. Le contexte des attentats nous a plongés, une fois de plus, dans un malaise sourd. Ma famille, qui habite Paris, nous a raconté l'ambiance après les évènements. Ils sont plus stressés que jamais. C'est un sentiment qu'heureusement nous ne ressentons pas en Province. Même si l'on envisage toujours le pire, c'est avec sérénité et confiance que nous venons à Rouen. Les autorités locales ont toujours fait leur maximum". Alors que Marc Benhaïm, le président de la communauté juive de Rouen et le Rabin Mickaël Bitton allument la cinquième lampe, celle représentant l'héroïsme, en compagnie du maire Yvan Robert et de l'ancienne ministre Valérie Fourneyron, Jérémy, jeune étudiant de 25 ans, portant chapeau, manteau noir et papillotes de l'Orthodoxie, se veut optimiste. "En ces temps troublés, cette célébration vient à point. Elle révèle que la Lumière, que nous ravivons ce soir, prendra le pas sur l'obscurité, sur l'obscurantisme. C'est notre façon d'agir, en nous rassemblant et en diffusant la paix. Ici, à Rouen, nous n'avons pas peur, nous ne sommes pas plus stigmatisés qu'ailleurs. Restons vigilants et attentifs comme nous l'avons toujours été".



Aucun commentaire:

ROUEN. Le nouveau général de la sous-direction du recrutement de l'Armée de Terre en visite au CIRFA de Rouen.

Recrutement 2.0. Le Centre d’information et de recrutement des forces armées (CIRFA) regroupant la Marine nationale, l'armée...