lundi 1 février 2016

ROUEN. Micro-trottoir voies TEOR vs Cyclistes.



Après une journée de jeudi durant laquelle, à la demande du CHSCT de la Tcar, les chauffeurs avaient dévié leurs bus sur les quais de la rive droite, la situation semblait apaisée et revenue à la normale en ce vendredi après-midi. La cause de cette grogne ? La présence de cyclistes sur le site propre réservé aux Lignes T1, T2 et T3, occasionnant, selon certains responsables syndicaux de l'entreprise, trop de danger pour circuler normalement. De fait, en y regardant bien, il y a, de temps à autres, des cyclistes qui empruntent ces voies réservées, obligeant les conducteurs à actionner la "cloche" de leur véhicule, tout en prenant garde de ne pas percuter ces imprudents. Ludovic, au volant de son bus ne peux "qu'approuver cette mise en garde des professionnels". "Certes, il est plus sympa pour les cyclistes de circuler sur nos voies qui ne sont pas encombrées. Mais cela nous oblige, nous conducteurs, à faire attention à eux alors que nous avons déjà la responsabilité de nos passagers". Parmi les cyclistes indécrottables, les arguments tiennent néanmoins la route… Ainsi, Philippe, 61 ans, qui, même si de prime abord, se défend "d'emprunter régulièrement les voies TEOR", reconnait que "ce n'est pas normal que la circulation des cyclistes y soit interdite. Nous sommes en centre-ville, c'est le parcours logique pour se rendre d'un point à un autre, le plus direct! Emprunter les pistes cyclables des quais rive droite oblige à faire un détour et ne dessert pas les centres d'intérêt où l'on est susceptibles de se rendre". Alain Loquet pour sa part comprend très bien les inquiétudes des conducteurs. "J'ai 66 ans, plusieurs dizaines d'années de vélo derrière moi (9200 kilomètres en 2015) et je pense que la survie d'un cycliste en milieu urbain dépend de sa propension à respecter les règles. Les voies TEOR sont interdites ? Je ne les emprunte pas. Un point c'est tout. J'emprunte les piste du quai rive droite qui, soit dit en passant, sont très bien conçues et devraient être prise en exemple pour tout le réseau métropolitain. Quand on enfreint les règles on risque, au mieux, de se faire verbaliser, au pire, de se faire écraser…".  Pour ce qui est de la répression, si la ville s'est engagée à veiller plus drastiquement au respect des règles, il n'y avait, vendredi après-midi, pas l'ombre d'un képi de police municipale aux abords des itinéraires concernés.

Aucun commentaire:

ROUEN. Le nouveau général de la sous-direction du recrutement de l'Armée de Terre en visite au CIRFA de Rouen.

Recrutement 2.0. Le Centre d’information et de recrutement des forces armées (CIRFA) regroupant la Marine nationale, l'armée...