lundi 21 mars 2016

GRAND-QUEVILLY. Les enseignants d'Edouard Branly, accompagnés de confrères d'autres établissements ont déposé une pétition au rectorat.



La mobilisation au collège ne faiblit pas.


Mercredi, le rectorat de Rouen a sans doute été l'un des lieux les plus fréquentés de l'agglomération. Dès le matin, ce sont les participants à la journée d'action nationale contre la "loi travail" qui y ont arboré banderoles et slogans, remplacés, l'après-midi par les enseignants du collège Edouard Branly de Grand-Quevilly, toujours mobilisés contre la direction de leur établissement dont ils réclament le départ (notre édition du 5 février). "Management agressif, répression syndicale et suppressions de postes sont à la base de notre action débutée en décembre 2015 après la mise en arrêt de l'une de nos collègues en extrême souffrance" a rappelé Olaf Van Aken le porte-parole des enseignants. A la suite d'un mouvement de grève observé le mois dernier, une délégation a été reçue par le rectorat durant laquelle l'académie a proposé une analyse de la situation et la pose d'un diagnostic. "Nous affirmons, au vu des antécédents de la principale du collège Carole Hervieux, qui a sévit dans d'autres établissements de l'académie, que l'heure n'est plus au diagnostic"  soutiennent les enseignants, "le rectorat est bien au courant de ses tribulations. C'est pourquoi nous venons y déposer une pétition approuvée par plus de 600 signataires. Nous demandons le départ de cette personne afin de retrouver des conditions de travail correctes, ce qui rejaillira inévitablement sur le bon apprentissage de nos élèves.  Cinq  organisations  syndicales  nous  soutiennent  (CGT-Education,  FAEN- SNCL, SNFOLC, SNES-FSU, SUD-Education) et nous sommes bien décidés à rester en lutte tant que notre demande n'aura pas abouti à ce départ".

Aucun commentaire:

GRAND-QUEVILLY. Des vagues de couleurs et de senteurs réunies dans le merveilleux Parc de La Roseraie.

Au nom de la rose. Sur une surface de six hectares, à deux pas de l'Hôtel de Ville, il est un écrin de verdure qui fait l'...