mercredi 23 mars 2016

ROUEN. L'Association de protection de la ferme des Bouillons est morte, vive l'Association Bouillons, terres d'avenir.



Un nouveau départ… pour continuer.

Dieu que l'exercice de la démocratie est compliquée ! Pourtant, la cinquantaine d'adhérents présents lors de l'assemblée générale extraordinaire organisée par l'Association de protection de la ferme des Bouillons semblaient avoir l'âge d'en avoir connu et usité les méandres depuis bien longtemps. Pourtant, l'ordre du jour inscrit ne semblait pas devoir souffrir de difficultés particulières. En effet, il était tout simplement question, de déterminer vers quels objectifs allait se diriger l'association créée à l'occasion de la lutte pour le sauvetage de la fameuse ferme des Bouillons, vouée à devenir une zone urbanisée (2012 / 2015), d'opter pour un nouveau nom et, finalement, d'apporter les modifications nécessaires aux statuts qui régiraient la nouvelle entité. Pour pimenter ce samedi matin, la feuille de route a toutefois été prise dans un ordre différent… Après avoir assez longuement délibéré des conditions de vote, des manières de prendre la parole ou des sujets à aborder, les votants ont donc opté pour de nouveaux codes. Une direction collégiale a été instaurée, un groupe de médiation (pour régler les conflits internes) créé, des groupes de travail thématique initiés et un conseil d'administration élu ! Chacun donnant son avis, éclairé ou pas, cette étape aura pris 3 heures avant que, le déjeuner s'annonçant, Colette Glück, l'animatrice de la séance, s'aperçoive que le nouveau nom n'avait pas été choisi! Nouvelles discussions pour déterminer comment il serait voté et, de longs instants plus tard, c'est vêtu du nouveau patronyme de "Bouillons, terres d'avenir" que l'association allaient pouvoir voler vers sa nouvelle destinée. Au cours du repas qui suivrait, les échanges pourraient se poursuivre sur le pourquoi de cette convocation : "Il faut que cela continue, mais pourquoi faire" avait récemment déclaré Philippe Vue, le président sortant. "Les Bouillons ont été un mélange de résistance, de création et de convivialité" rappelle-t-il, "la redéfinition de notre raison d'être, c'est l’occasion d'inviter ceux qui se sont investis dans la lutte à poursuivre l’aventure d’une utopie pragmatique. Continuer à militer ensemble pour qu’agriculture et société ne soient plus cloisonnées, développer des lieux, permanents ou temporaires, depuis lesquels militants, artistes et citoyens pourront faire entendre et partager leurs rêves, leurs refus et travailler collectivement à l’avènement d’une société plus juste et plus écologique dès aujourd’hui".





Aucun commentaire:

GRAND-QUEVILLY. Des centaines d'enfants costumés ont défilé dans les rues pour célébrer les 50 ans du centre de loisirs.

La jeunesse dans la rue ! Le centre de loisirs Léo Lagrange fête ses 50 ans cette année ! Déjà, le 1 er juillet dernier, des mi...