mercredi 23 mars 2016

SAHURS. La commune du bord de Seine prouve son dynamisme en accueillant un nouveau commerce.



Une boucherie de proximité.


De l'avis de ses habitants, "il fait bon vivre à Sahurs". Pour en arriver à ce constat, la municipalité a, depuis longtemps, déployé de son énergie pour rendre ce concept viable. Aménagements, services, éducation, loisirs … Mais c'est une initiative privée et individuelle qui est à l'origine de l'ouverture, le mois dernier, d'un nouveau commerce dédié aux près de 2000 habitants de la commune et de celles avoisinantes. Éric Chalumeaux, 51 ans, est revenu à ses premières amours qui lui avaient fait exercer le métier de boucher après l'obtention de son diplôme en 1982. Cet habitant du Val de La Haye a voulu participer au dynamisme affiché de cette commune de la Boucle de Roumare qu'il affectionne. "Au début de ma carrière professionnelle, j'ai exercé dans la boucherie, comme employé. Mais très vite, les conditions ne m'ont pas satisfait et je me suis tourné vers d'autres domaines. Import-Export, téléphonie, une escapade dans le Sud de la France … Et puis j'ai eu envie d'un retour aux sources, à mon métier". Il a alors investi plusieurs dizaines de milliers d'Euros pour s'installer dans un lieu qui, avant lui, avait connu les activités de La Poste et d'un cabinet immobilier. "Tout a été refait dans ces locaux. Peintures, électricité, fluides… Les mises aux normes ont été suivies, la décoration travaillée…". Il en résulte une boucherie moderne sur 65 m2, ouverte du mardi au samedi, de 8 h 30 à 12 h 30 et de 15 h 30 à 19 h 30 ainsi que le dimanche matin. Au menu, viandes de bœuf, de porc, de mouton issues d'élevages de Normandie ainsi que des volailles, de la charcuterie ou des plats préparés. Cerise sur le gâteau, Eric met en marche sa rôtisserie les samedis et dimanches. Doucement, les riverains changent leurs réflexes d'achat et viennent à la boutique. La proximité et la qualité des produits proposés y sont pour beaucoup. La fidélité des clients est primordiale dans ce genre d'installation. Ce sont eux qui décideront de la pérennité de ce service.

Aucun commentaire:

GRAND-QUEVILLY. Le chorégraphe Josef Nadj se fait plasticien pour une exposition originale à la Maison des Arts.

Un parcours des plus prolifiques. Josef Nadj, danseur et chorégraphe français d'origine yougoslave est également plasticien ...