lundi 25 avril 2016

ROUEN. Les collaborateurs du groupe MATMUT fins prêts pour leur participation au Free Handi'se Trophy, édition 2016.



Une aventure humaine et sportive.

Laurence et Julie sont  gestionnaires sinistre, Romuald ingénieur système, Cyrille référent technique. Ils font partie de l'équipe baptisée "les Zygo'Mat"et vont prendre part, entre le 20 et 28 mai prochains à l'édition 2016 du Free Handi'se Trophy qui devrait réunir 23 équipes. Le concept est simple. Chaque groupe  est composé de quatre collaborateurs, deux valides et deux en situation de handicap (qu’il soit moteur, mental, sensoriel ou psychique) qui, tout au long du challenge, se relaient en binômes handi-valide tous les 25 km. Ils ont pour mission de traverser la France avec deux moyens de locomotion mis à leur disposition : un canoë et un vélo tandem adapté. Tout au long du parcours, des épreuves de cohésion permettent à chaque équipe d’engranger des bonus. Ce n’est pas la vitesse qui est valorisée mais la capacité du groupe à « finir le travail » sans laisser personne sur le bas-côté. "Depuis de nombreuses années, leur employeur, le groupe MATMUT, participe et est partenaire officiel de ce raid réunissant des entreprises déterminées à engager des actions fortes pour faire bouger les lignes sur le handicap. Le groupe s'investit et se veut un acteur attentif sur le sujet de l'emploi et du handicap" explique Olivier Dufour, qui pilote la Mission Handicap au sein de la direction des ressources humaines du groupe. "L'objectif est de faire bouger les lignes sur l'emploi des personnes en situation de handicap dans l'entreprise en général". A les voir, bien malin qui pourrait déterminer qui, de ces concurrents, est handicapé ou non! "Dans l'esprit collectif, la personne handicapée est celle qui se déplace en fauteuil roulant" ajoute Olivier. "Certains déficits ne sont pas toujours visibles pour autrui mais sont bien présents pour ceux qui en sont atteints". Et chacun des concurrents sélectionnés pour cette "partie de plaisir",  a son avis sur la conception du vivre ensemble. Cyrill se dit "fier de travailler dans une entreprise qui a, depuis longtemps, consacré des énergies à faire en sorte que valides et non valides cohabitent en bonne harmonie, pour le bien-être au travail de tous. Ce défi va être l'occasion de pousser encore plus la convivialité, sans discrimination et sans a-priori". Laurence, qui, dès qu'elle le peut, s'entraîne dans la salle de sport de l'entreprise, a hâte de partir. "Cela fait un moment que je voulais le faire. Enfin, j'ai été tirée au sort! Je pense que cela va être un grand moment de cohésion, empreint de pudeur, de sincérité et de savoir-être". Il en faudra car nos champions vont dormir en bivouac et c'est là que l'Humain prendra tout son sens. Romuald quant à lui est serein. "Je suis sportif, je pratique régulièrement, mon binôme pourra compter sur moi!". " Si l’on veut faire en sorte que le handicap ne soit plus vu comme étranger, mais comme un élément de singularité, il suffit parfois d’un peu d’écoute, d’ouverture aux autres et d’intelligence pour admettre la différence et reconnaître les talents" conclura Olivier Dufour.


Aucun commentaire:

LE PETIT-QUEVILLY. Polyhandicapée de naissance, la petite Kimy grandit dans un logement non adapté malgré les appels de Laetitia sa maman.

Essentiel pour Kimy. Quand Laetitia regarde sa fille Kimy qui écoute de la musique, (du rock de préférence), ce que l'on peu...