mardi 21 juin 2016

GRAND-QUEVILLY. Trois enseignants, mobilisés durant la grève au collège Branly, poursuivis par la principale devant la justice.



Des enseignants au tribunal.

Après des mois de mobilisation pour dénoncer "le management agressif de la principale et la souffrance au travail", les enseignants grévistes pensaient en avoir terminé avec cette lutte, suite à l'annonce par le rectorat, début juin, qu'un nouveau pilotage du collège serait mis en place dès la rentrée 2016. Grosse surprise pour trois d'entre eux, deux jours après cette déclaration qui revêtait un peu un habit de victoire. En effet, ils se sont vus convoqués, par voie d'huissiers, devant le tribunal correctionnel de Rouen le 1er juillet prochain. La future ex principale a en effet déposé plainte contre eux au motif de diffamation. "Nos trois collègues risquent d'être condamnés par le tribunal correctionnel à des amendes (jusqu'à 10000 Euros) importantes, sans parler des frais de justice" souligne l'un de leurs porte-parole. "Ils ont,  comme nous, subi le management agressif de la direction

pendant des mois et risquent d'être sanctionnés au niveau pénal, alors que ce management, qui a généré de grandes souffrances ne le sera pas. Nous dénonçons ces méthodes et cette situation invraisemblable et nous allons défendre nos trois collègues collectivement et publiquement avec l'aide de nos nombreux soutiens". D'ores et déjà une grève de solidarité est programmée au collège Branly le 1er juillet. Un rassemblement de soutien est également prévu ce jour-là à 12 h devant le Palais de justice de Rouen.

Aucun commentaire:

GRAND-QUEVILLY. Pour la deuxième année, la municipalité renouvelle l'opération Sac Ados en direction des jeunes Quevillais.

Une envie, un projet, un sac à dos. "Aider les jeunes à partir en autonomie" soutient Corinne Maillet, adjointe au mai...