mardi 21 juin 2016

ROUEN. Alors que le sort des migrants et des réfugiés continue d'interpeller, la Pastorale des Migrants a initié une rencontre entre les peuples.



Personne ne quitte son pays de gaieté de cœur


La Pastorale des migrants et des personnes itinérantes du diocèse de Rouen avaient invité samedi dernier à une messe des peuples en l'église Saint-Sever. Cette célébration, haute en couleurs a été précédée, dans l'après-midi, d'une animation sur le parvis de l'église et a été suivie par un repas multiculturel dans la salle Saint-Joseph. "C'est l'occasion de présenter l'enrichissement qu’apportent les différentes cultures présentes dans la société (danses, chant, expositions....), de même que les actions de solidarité avec les migrants menées par les partenaires de la Pastorale des migrants et des personnes itinérantes" confiait le père René Gobbé, l'un des initiateurs de cette journée. "Sans passer sous silence tous les obstacles rencontrés par les migrants qui ne quittent pas leur pays de gaieté de cœur, et le climat de rejet et de fermeture qui se généralise, nous voulons mettre en valeur l'apport de chaque culture et l'appel à faire de nos différences une communion, témoignant ainsi de l'enrichissement réciproque qui est le fruit de la rencontre et du cheminement ensemble". Entre Odette qui a raconté son arrivée du Congo, en chansons et poèmes, et les accordéonistes de la communauté portugaise qui ont fait danser le badaud, le parvis de l'église Saint-Sever s'est transformé, l'espace d'un après-midi en un lieu de rencontre, d'échanges et d'accueil. Fati et Oussama, deux jeunes Marocains qui, à la suite de leurs études en France, viennent d'arriver sur Rouen pour leur travail dans la pétrochimie et l'informatique, ont voulu apporter leur pierre à l'édifice de cette communion. "Nous sommes nous-mêmes des migrants même si nous l'avons choisi. Venant d'un autre pays nous sommes sensibles à la rencontre et l'accueil de l'autre. C'est pourquoi nous venons proposer nos services à la Pastorale des Migrants afin de dépasser les peurs et les suspicions de l'autre…".

Aucun commentaire:

GRAND-QUEVILLY. Le chorégraphe Josef Nadj se fait plasticien pour une exposition originale à la Maison des Arts.

Un parcours des plus prolifiques. Josef Nadj, danseur et chorégraphe français d'origine yougoslave est également plasticien ...