mardi 21 juin 2016

ROUEN. Avec gourmandise et générosité, Jack Debussy fait revivre une fable du Moyen-Age en y ajoutant des accents rabelaisiens.



Ames prudes s'abstenir.


Passionné de littérature anglo-saxonne et de théâtre contemporain, ancien professeur d'Anglais, Jack Debussy est également auteur et bien connu du microcosme théâtral. Après "Short Cuts" en Anglais, "Hank", inspiré de la vie du poète américain Charles Bukowski, "Les Mariés de L'An Treize" et "Delgadina", d'après un roman de Gabriel Garcia Marquez, le Rouennais Jack Debussy, occupe de nouveau les planches du théâtre du Petit Ouest avec un spectacle peu ordinaire qui va ravir tous les amateurs du genre rabelaisien. "Le chevalier qui fit parler les cons", pièce librement inspirée d'un fabliau érotique du 13e siècle écrit par un dénommé Garin, est une farce truculente écrite en vers et dans la langue de Rabelais garantissant au spectateur une heure vingt de spectacle désopilant. "Ce dont on ne peut parler, c'est de cela dont il faut parler!" est une maxime dont a fait sienne Jack Debussy. Car il faut un certain courage pour aborder cette frivolité, ce tabou du sexe et des non-dits de l'infidélité dans notre monde actuel où, même si nous disposons de tous les moyens pour en avoir connaissance, le sujet reste encore cantonné dans les domaines de l'interdit. Vedettes de l'histoire mise en scène par Julie Allainmat : un comte malade et dépassé, une comtesse frivole, un moine pas vraiment catholique, un chevalier vantard et un cul, un vrai, qui à lui seul, fait chavirer les bonnes âmes. A voir, dans une ambiance festive et, si vous le souhaitez, costumée, les 26/27/28 et 29 mai 2016 à 20 h 30 sauf le dimanche à 16 h 00 au Théâtre du Petit Ouest – 1, rue de Buffon – 76000 Rouen.

Aucun commentaire:

GRAND-QUEVILLY. Des vagues de couleurs et de senteurs réunies dans le merveilleux Parc de La Roseraie.

Au nom de la rose. Sur une surface de six hectares, à deux pas de l'Hôtel de Ville, il est un écrin de verdure qui fait l'...