lundi 20 juin 2016

ROUEN. Dans le cadre de la semaine festive du quartier Grieu, le match de foot des Bleus a réuni les habitants.



Une fan zone de convivialité.



Si les joueurs de foot de l'équipe de France n'ont su que récemment qu'ils participeraient à l'Euro 2016, Antonin, Nordine, Mohand, Dylan et Antoine savaient, eux, depuis février, que ce mercredi 15 juin serait leur jour. En effet, dans le cadre de la semaine de festivités programmées à la maison de quartier Grieu, ces jeunes ont mis sur pied une journée entière consacrée au football, en collaboration avec diverses institutions qu'ils sont allés solliciter. "Nous avons eu ce matin divers ateliers dont un de céci-foot avec la ligue de Normandie, de conduite de balle, ainsi que de petits tournois sur notre city-stade" détaille Antonin, l'un des animateurs. "Plus de 150 gamins ont participé". Le point d'orgue de cette journée devait être la retransmission, sur écran géant, du match des Bleus contre l'Albanie. Marie-Christine Bernigaud, la directrice de la maison de quartier était fébrile à une heure du rendez-vous. "J'avoue que je suis impatiente de voir! Nous avons essayé cette semaine de renouer avec les fêtes de quartier d'antan mais, est-ce que les habitants joueront le jeu ?". Elle ne sera pas déçue! Car, une demi-heure avant le coup de sifflet, des dizaines de personnes se pressaient dans la grande salle. Maquillées, avec des drapeaux, jeunes, anciens, du quartier mais pas que, aimant le foot ou venus pour faire la fête, simplement. Laure avait ainsi convié ses parents, Argentine et René, habitant Bihorel, à venir découvrir "combien Grieu était vivant et dynamique". Ce fut le cas. Une Marseillaise entonnée debout, la main sur le cœur, des "Allez les Bleus", des drapeaux virevoltant … les pronostics allaient bon train. "2-0 pour la France!" prévoyait Thierry. Christophe, préposé au bar, souriait doucement. "Moi le foot…Je suis là pour aider…". Il sera surpris un peu plus tard à hurler sa joie après le premier but. Car but il y eut, à la fin, la toute fin, alors que jeunes et vieux commençaient déjà à désespérer. "Ca ronronne de trop" se désespère Bernard, "qu'il fasse entrer Griemann nom d'un chien…" criait Bernard à qui voulait l'entendre. "Payet, Payet…" réclamé sur l'air des lampions! Ils avaient tous vu juste finalement. 2-0, Griezmann, Payet … Embrassades, derniers gobelets de bière, une directrice comblée. Les sièges sont rangés, la salle nettoyée. Demain, la fête à Grieu continue. Quelle soirée !

Aucun commentaire:

LE PETIT-QUEVILLY. Polyhandicapée de naissance, la petite Kimy grandit dans un logement non adapté malgré les appels de Laetitia sa maman.

Essentiel pour Kimy. Quand Laetitia regarde sa fille Kimy qui écoute de la musique, (du rock de préférence), ce que l'on peu...