lundi 20 juin 2016

ROUEN. La CGT des communaux de la Ville de Rouen a observé une grève ce week-end au sein du service chargé du nettoyage des marchés.



La propreté des marchés en question.


Pour protester contre l’état dans lequel certains commerçants laissent leur emplacement, ni le marché des Emmurés de samedi 18 juin, ni celui de la place Saint-Marc de dimanche 19, n’ont fait l’objet d’une opération de nettoyage en début d’après-midi. Et le mouvement est reconductible... Interrogés, la plupart des commerçants reconnaissent être conscients du problème mais évoquent plusieurs facteurs à ce souci de salubrité. "C'est vrai qu'après le départ des étals ce n'est pas toujours nickel. Nous on laisse toujours une place propre…" remarque Anthony, marchand de fruits et primeurs. "Ce matin en arrivant, nous avons même fait le ménage pour que ce soit présentable pour les clients!". De son côté, Olivier, fruitier également, pointe du doigt les responsables selon lui. "Il y a une certaine catégorie de confrères qui ont de la marchandise déjà bien avancée au niveau murissement. Lorsqu'ils repartent, ils ne s'encombrent pas des invendus qui, de toute façon vont pourrir en quelques heures. Ils les laissent sur place, n'importe comment. Je comprends la grogne des employés chargés du nettoyage". Christophe le fleuriste met un point d'honneur à laisser un emplacement propre. "Quand je remballe, je balaie. C'est du bon sens, c'est tout!". Plus loin, le marchand de poulets cuits ne voudra pas donner son nom. "Je ne veux pas être la cible de ceux que j'incrimine! Tout n'est pas blanc ni noir. S'il est évident que ce sont toujours les mêmes qui sont responsables de la saleté, il ne faut pas perdre de vue ceux qui, le matin, laissent tourner leurs gros diesel pendant des heures sous prétexte que la batterie du camion est morte… bravo les poumons! La mairie a sa part de responsabilité également. Un point d'eau pour 400 commerces. Ce n'est pas un peu juste ? Et puis il y a le placier, dont c'est le boulot de faire respecter le règlement. Il sait qui sont les fautifs. On le lui a dit à maintes reprises. Il est payé pour cela donc à lui d'agir!". Le placier justement, reconnaît les problèmes mais affirme jouer les médiateurs à chaque marché, "conseillant les uns ou réprimandant les autres…"et soulignant "qu'un service minimum de nettoyage serait assuré". De source commerçante, une réunion devrait se tenir mardi matin entre les commerçants non sédentaires et l'adjoint au maire en charge des marché Jean-Loup Gervaise afin d'évoquer ces problèmes pour le marché … des Emmurées! Affaire à suivre.

Aucun commentaire:

LE PETIT-QUEVILLY. Polyhandicapée de naissance, la petite Kimy grandit dans un logement non adapté malgré les appels de Laetitia sa maman.

Essentiel pour Kimy. Quand Laetitia regarde sa fille Kimy qui écoute de la musique, (du rock de préférence), ce que l'on peu...