mardi 21 juin 2016

ROUEN. A l'approche des vacances scolaires, le réseau éducation sans frontière se mobilise contre les expulsions.



La chasse aux sans-papiers ne prend pas de vacances.
                   

A l'initiative du Réseau Education sans frontières, une centaine de personnes s'est rassemblée sur les pelouses de l'avenue Pasteur devant la préfecture de Seine-Maritime. Un pique-nique y était organisé qui, finalement s'est transformé en partage de sandwiches, à l'abri des parapluies. Mais il en fallait plus pour dissuader les bénévoles des comités de soutien aux familles sans papiers d'élèves scolarisés dans l'agglomération. "Que ce soit à Rouen avec des Serbes, à Oissel avec des Arméniens ou à Sotteville avec les Tamoyan, plusieurs familles sont encore aujourd'hui, menacées d'expulsion" dénonce Chantal de RESF. Comble de l'ignominie, les autorités ont profité des dernières vacances scolaires pour tenter d'en expulser quelques-uns". Saisine de la ministre de l’Education nationale, de l’Intérieur, du comité des droits des enfants ou encore rencontre avec les services préfectoraux, les bénévoles usent de tous les recours à leur disposition pour, sinon annuler, du moins retarder la mise en œuvre des procédures. "Depuis plusieurs années, des  personnels, des parents et des élèves d’établissements scolaires ont obtenu de haute lutte la régularisation d’élèves et de parents d’élèves sans papiers que des lois menaçaient d’expulsion. Des élèves que rien n’aurait distingués de leurs camarades si leurs vies n’avaient été gâchées par le refus des autorités de leur accorder le titre de séjour leur permettant de vivre normalement avec leurs familles" poursuit la bénévole de l'association, "c'est pourquoi, à l'approche des vacances scolaires d'été, nous restons vigilants et voulons alerter sur la précarité de ces situations".

Aucun commentaire:

GRAND-QUEVILLY. Pour la deuxième année, la municipalité renouvelle l'opération Sac Ados en direction des jeunes Quevillais.

Une envie, un projet, un sac à dos. "Aider les jeunes à partir en autonomie" soutient Corinne Maillet, adjointe au mai...