lundi 20 juin 2016

ROUEN. Une centaine de caravanes de Gens du Voyage ont investi l'hippodrome des Bruyères.



L'éternel problème de cohabitation.


Véritable serpent de mer depuis de longues années, l'accueil des Gens du Voyage refait surface actuellement avec l'installation depuis une semaine, sur l'hippodrome des Bruyères, d'une centaine de caravanes et des familles qui vont avec. Les membres de cette communauté évangélique  ont trouvé en l'hippodrome des Bruyères, un lieu idéal pour vivre leur religion au travers de leurs coutumes. Ce qui n'est pas du goût de tout le monde, notamment des riverains qui, une fois de plus, montent au créneau en pointant du doigt les inconvénients que peut générer un tel rassemblement. Nelly, riveraine et fervente défendeur du site, se désole de devoir répéter ce qu'elle dit depuis toujours. "Il y avait longtemps que nous n'avions pas eu leur visite mais les désagréments sont toujours les mêmes. La biodiversité de ce haut-lieu naturel va une nouvelle fois en prendre un coup avec le passage incessant des véhicules… Pour les riverains immédiats du site, c'est le retour des toilettes à l'air libre, près de leurs domiciles. Les odeurs, les mouches qui transportent des bactéries… Tout cela ne fait pas sérieux! Je ne parle même pas des moyens de subsistance de ces gens qui, à mon avis, ne sont pas très catholiques… ". Du côté de la Métropole, qui a prévu un vaste projet d'aménagement de l'hippodrome des Bruyères à 22 M€, l'arrivée de ces caravanes ne provoque pas forcément d'inquiétudes pour l'avenir. "Nous avons entamé une procédure d'expulsion qui prend toujours un peu de temps", assurent ses services. Jusqu'à trois semaines ! Ce qui devrait être suffisant pour que le campement "sauvage" plie bagage puisqu'il ne doit être présent que durant une quinzaine de jours d'après les résidents. Que se passera-t-il une fois que les futurs aménagements auront commencé ? Le site sera-t-il plus "hermétiquement" fermé ? Ces questions restent ouvertes car pour l'heure, officiellement, aucun projet prévoyant un vaste espace capable d'accueillir de tels rassemblements de gens du voyage n'est dans les tuyaux sur le territoire de la Métropole.

Aucun commentaire:

GRAND-QUEVILLY. Des vagues de couleurs et de senteurs réunies dans le merveilleux Parc de La Roseraie.

Au nom de la rose. Sur une surface de six hectares, à deux pas de l'Hôtel de Ville, il est un écrin de verdure qui fait l'...