samedi 29 octobre 2016

ROUEN. Le centre d'oncologie Frédéric Joliot s'équipe d'un accélérateur de particules destiné au traitement anticancéreux par radiothérapie.



Le mal en ligne de mire.


Ambiance déco paisible (sol effet parquet), couleurs douces sur les murs et panneaux lumineux au plafond, la pièce est claire et spacieuse, loin des austères salles de traitement que d'aucuns peuvent avoir fréquentées. Au centre, telle un "transformer" tout droit sorti d'un film de science-fiction, la "bête" est là! Le Truebeam, une machine à la précision submillimétrique destinée à détruire les cellules cancéreuses d'un patient en utilisant un faisceau de rayons X ou des électrons lors de séances de radiothérapie.  "Cet investissement de plus de 2 millions d’euros permet un traitement plus précis des lésions cancéreuses" explique Stéphanie Mollet, cadre de santé au sein de l'équipe des manipulateurs en charge du maniement de cet accélérateur de particules nouvellement installé au Centre Frédéric Joliot, (clinique Saint-Hilaire)  l'un des établissements privés les plus importants de Normandie où les docteurs Philippe Gomez, Harizo Randria, Abderraouf Radji, Sandrine Mezzani et leurs équipes, traitent environ 1200 malades par an. "Cet appareil est ce qui se fait de mieux à l'heure actuelle en matière de traitement par radiothérapie. Depuis que ce procédé dit "de rayons" existe, l'objectif des professionnels de santé a été de pouvoir traiter les zones cancéreuses sans altérer celles, saines, qui, néanmoins, étaient touchées par les faisceaux. Cette précision "chirurgicale" permet en outre de réduire la durée des séances ainsi que les effets secondaires du traitement qui, dorénavant ne concerneront plus que les zones ciblées". Parallèlement au volet médical, tout a été fait dans ce nouvel endroit pour accueillir le patient dans les meilleures conditions. Chantal, une ex patiente qui a profité de ce dispositif et qui était présente lors de l'inauguration officielle du Truebeam témoigne de son expérience. "C'est évidemment un lieu où l'on préfèrerait ne pas avoir à venir mais quand on y est… Alors la décoration, la sensation d'espace, de respirer est importante. Pour y être venue quotidiennement pendant plusieurs semaines, je peux affirmer que je ne m'y suis jamais sentie stressée ou inquiète. De la lumière, de la musique, un peu comme "chez soi"… Et des techniciens toujours à l'écoute! Même si tout cela ne soigne pas directement, je peux dire que cela participe de la bonne santé mentale menant vers la rémission".

Aucun commentaire:

GRAND-QUEVILLY. Pour la deuxième année, la municipalité renouvelle l'opération Sac Ados en direction des jeunes Quevillais.

Une envie, un projet, un sac à dos. "Aider les jeunes à partir en autonomie" soutient Corinne Maillet, adjointe au mai...