vendredi 5 mai 2017

LE PETIT-QUEVILLY. Dix-septième d'une famille de dix-huit enfants, Lucienne Grandin fête sereinement ses cent ans.




Bon pied, bon œil.


"Je suis satisfaite de ma personne!". Forte d'un caractère bien trempé, Lucienne Grandin n'attend après personne pour lui faire des compliments. Et cela se sait au sein de l'Ehpad Saint-Julien où elle réside et où son centième anniversaire a été célébré. "C'est vrai qu'elle peut-être têtue" admet-on dans l'équipe d'animatrices encadrées par la responsable Catherine Charlot. Il faut dire que Lucienne poursuit une existence qui n'a pas toujours été rose ainsi que le raconte son petit-fils Christophe. "Elle est la 17e enfant d'une fratrie de 18. Ses parents fabriquaient du fromage Neufchatel à Sigy en Bray jusqu'en 1925. Elle s'est mariée en 1935 et a eu 2 enfants. Elle a été commerçante toute sa vie. A Saint-Germain des Essourts puis à Doudeville. En 1941, c'est la guerre et elle part, à pied en direction de Villers Bocage pour fuir les Allemands. Mais, arrivée là-bas elle constate que l'occupant y est déjà alors, elle rebrousse chemin et revient à Doudeville. Las, son commerce a été pillé et dévasté durant son absence. Elle repart de zéro, toujours avec courage". De fait, Lucienne tiendra successivement une épicerie à Darnétal, à Clères, à Rouen, Mont-Saint-Aignan, Malaunay Petit-Quevilly… Sa dernière activité sera la vente de croissants sur la place du Vieux Marché.  Un appétissant gâteau au chocolat, quelques bulles festives et la présence de Gwénaëlle Cornu-Le Vern, Conseillère Municipale aux liens générationnels à la mairie de Rouen, ont couronné cette petite fête en l'honneur de Lucienne.

Aucun commentaire:

LE PETIT-QUEVILLY. En marge du souvenir de la libération de la ville, un hommage est rendu aux combattants de l'ombre du Maquis de Barneville.

Le sacrifice d'une jeunesse pour la liberté. Chaque année, la municipalité organise une manifestation, à Barneville sur Sein...